Ça s’en va et ça revient…

 

« On pensait être tiré d’affaire en traversant le front hier, mais que nenni ! L’autoroute des vacances vers Les Sables est parsemée d’embouteillages et de nids de poules. Pourtant Bison Futé voyait vert ! », a plaisanté Rodrigue Cabaz, ce lundi. Toujours à la lutte pour la première place avec le duo d’Eärendil, le co-skipper d’AINA Enfance et Avenir garde son humour même s’il est toutefois un peu frustré d’avoir concédé des milles à ses poursuivants ce matin, après être tombé dans une zone de vent faible. « On se doutait que ça allait tanquer, mais c’est un peu énervant malgré tout parce qu’on avait bien distancés les copains dans le front. On a un peu l’impression de revivre la première étape », a ajouté de son côté Aymeric Chappellier, qui, pour mémoire, avait mené la danse une grande majorité du temps entre Les Sables d’Olonne et Les Açores, avant de se faire doubler dans les 50 derniers milles. « Ça ne fait évidemment pas plaisir de se faire rattraper et de voir les autres avoir autant de chance », a ajouté le Rochelais qui a vu, ces dernières heures, le trio Beijaflore, Volvo et Colombre XL revenir à moins de six milles de son tableau arrière. « On a buté dans la zone de molle au milieu du chemin ce matin », a confirmé Catherine Pourre. « Nous avons du vent, moins de vent, puis à nouveau de l’air, sans qu’il soit bien possible de le prévoir. Il y a toujours un petit thalweg sur la route, et avec les affamés qu’on a aux trousses, mieux vaut avoir plus de vent qu’eux, sinon gare ! », a a ajouté la navigatrice, également un peu déçue d’avoir vu la petite bande des trois qui comptait plus de 20 milles de retard hier, revenir si bien dans le match. Voilà donc qui pimente un peu le jeu à 500 milles de l’arrivée à Port Olona. Cinq cent milles qui devraient s’apparenter à une course de vitesse jusque dans les dernières longueurs. « C’est parti pour les championnats du monde de reaching ! D‘après notre routage de ce matin, ce sera Code 0 en bâbord amure jusqu’aux Sables », a commenté pour Brieuc Maisonneuve, co-skipper de Vincent Leblay à bord de Cré’actuel. De fait, lui et les autres devraient composer avec un flux de nord-ouest pour une quinzaine de nœuds jusqu’au bout. De quoi voir défiler les milles à belle vitesse malgré une vie un peu penchée et humide à bord des bateaux, mais dans ce contexte, ce sont bel et bien les petits décalages nord-sud qui feront la différence à l’arrivée. Les deux leaders, AINA Enfance et Avenir et Eärendil, ont légèrement lofé aujourd’hui, en espérant ainsi bénéficier ainsi d’un meilleur angle sur la fin de parcours, imités, dans une moindre mesure, par l’ensemble des duos de cette 7e Les Sables – Horta qui progresse relativement proche de la route directe. Les uns et les autres s’étalent donc sur seulement une vingtaine de milles en latéral même si, à présent, près de 200 milles les séparent par rapport à la distance au but. Aussi, si les premiers sont attendus, selon les derniers routages, mercredi en fin d’après-midi, les retardataires, eux pourraient en terminer, plus vraisemblablement, dans la journée de vendredi.

 

Please follow and like us: