Des derniers milles délicats

141 SOS Méditerranée / FRAVALO Pascal – GOUMY Guillaume

Alors qu’il leur reste désormais moins de 200 milles à parcourir pour rallier Horta, les concurrents de la Les Sables – Horta sont en approche des Açores. De retour en tête de la flotte depuis les environs de 8 heures ce jeudi, après avoir un temps cédé les commandes au duo d’Eärendil, le tandem d’AINA Enfance et Avenir pointe, en effet, à moins de 40 milles de Sao Miguel, l’île la plus à l’est de l’archipel. « La journée d’hier a été un peu longue, avec du vent faible et irrégulier, mais nous avons gardé la tête froide et essayé de nous placer au mieux, c’est-à-dire plus au sud, pour le nouveau vent et la fin de course…. On verra à l’arrivée, qui reste encore incertaine, si nous avons fait les bons choix », a commenté Aymeric Chappellier qui a, pour l’heure, repris nettement l’avantage sur Catherine Pourre et Pietro Luciani avec qui il s’est régulièrement échangé la première place depuis le départ des Sables d’Olonne, mais qui ne possède que 7,6 milles d’avance sur son nouveau dauphin, Volvo. Jonas Gerkens et Benoît Hantzperg, auteurs d’une trajectoire relativement similaire à la sienne, ont, sans conteste, été les plus rapides ces dernières 24 heures et se replacent ainsi complètement dans la course pour la première place à l’issue de cette première manche. « Niveau course, on est content de notre placement et de notre vitesse. On passe beaucoup de temps à la régulation de la grand-voile. Les conditions sont parfaites, avec entre 15 et 20 nœuds de nord-est et une petite houle de 1,5 mètre. Du coup, on porte toute la toile disponible et on ne lâche rien », a indiqué le skipper Belge qui réalise, dans l’immédiat, une très belle course avec son Mach40 première version, mais qui sait que rien n’est encore fait car les derniers milles s’annoncent pour le moins délicats.

104 VOLVO / GERCKENS Jonas- HANTZBERG Benoit

Demain en fin de journée à Horta ?

Un sentiment partagé par Jean-Baptiste Daramy. « On a un peu l’impression de manger notre pain blanc et que ça va être une autre partie beaucoup moins drôle, dans la grosse molle », a indiqué le skipper de Chocolats Paries – Coriolis Composites qui garde en tête son contournement laborieux de la Guadeloupe lors de la dernière édition de la Route du Rhum, et qui se prépare à s’arracher quelques cheveux dans la pétole. « Ce n’est effectivement pas d’ici à l’arrivée que les duos vont battre des records de vitesse, mais c’est toutefois moins pire que ce qui était encore prévu hier. Au lieu d’avoir 0 nœud avec des rafales à 2, ils vont avoir 2 nœuds avec des bouffes à 4 », plaisante Denis Hugues, le Directeur de course, qui sait que les cartes peuvent  être rebattues en grand dans ce contexte. « Il y a encore des coups à jouer. Rien n’est définitif », confirme Morgane Ursault Poupon (Up Sailing – Unis pour la planète). « L’arrivée dans l’archipel va être décisive, aussi bien pour les premiers que pour nous », a noté, de son côté, François Lassort (Bijouteries Lassort – Restaurant Tonton Louis) qui se creuse la tête pour trouver la meilleure trajectoire pour rejoindre Faial et qui passe, par conséquent, beaucoup de temps à la table à cartes, à l’image de ses adversaires. « On a explosé littéralement notre abonnement Fleet en regardant les fichiers météo beaucoup trop souvent », a confié Guillaume Goumy, le co-skipper de Pascal Fravalo sur SOS Méditerranée. « On essaye de gamberger sur la meilleure route possible en fonction de là ou on est. Comme vous avez sûrement remarqué, il y a maintenant des écarts latéraux importants (65 milles séparent les concurrents les plus extrêmes ce jeudi après-midi, ndlr) et tout n’est pas encore complètement clair sur la route », a déclaré pour sa part Catherine Pourre qui s’attend un peu à tout, elle aussi. Les dernières ETA dans tout ça ? Pas facile de faire une annonce précise, mais les premiers bateaux pourraient se présenter sur la ligne demain en fin journée ou en début de nuit.

 

Please follow and like us: