Suivre la course

Le journal de la course

Pages : «précédente1 2 3 4 5 6 7 8 9  • suivante»
Samedi 15 juillet 2017 Le point de Denis Hugues, Directeur de course « Ce matin, les bateaux sont dans la molle, voire la grosse molle. Ils sont en train de passer une dorsale assez importante, qui s'étend des Açores jusqu'à Brest. Ils essaient de progresser tant bien que mal, mais ce n'est pas facile. On le voit d'ailleurs bien, il y en a dans tous les sens. Deux ou trois duos sont partis un peu plus dans l'Est. Ce n'est pas sûr que ça paie vraiment à moyen terme, même si, pour l'heure, ils ont l'avantage au pointage par rapport à la distance au but. Celui qui s'en tire le mieux actuellement c'est Serenis Consulting. Les Italiens de Colombre XL sont également pas mal placés. Quoi qu'il en soit, tous vont devoir attendre au moins 24 heures avant de voir la situation s'améliorer car selon les derniers routages ils ne vont retrouver du vent que vers 44°N or, pour l'instant ils évoluent par 40°N. Bien évidemment, tout cela peut encore changer dans les heures qui viennent mais dans l'immédiat, ça va rester très aléatoire. L'avantage, c'est que les uns et les autres ont le temps de s'amariner tranquillement. ».. Lire la suite... Vendredi 14 juillet 2017 Le match retour est lancé ! Ce vendredi 14 juillet, à 17 heures (19 heures, heure de Paris), les duos de la 6e édition des Sables – Horta se sont élancés pour la deuxième étape de la course, gentiment poussés par un flux d'Est pour 10 nœuds. Auteurs du meilleur départ, AINA Enfance et Avenir d'Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant, puis Imerys de Phil Sharp et Adrien Hardy, se sont d'emblée installés aux commandes de la flotte, toutefois talonnés de près par Stella Nova (Alexander Krause et Burkhad Keese), Serenis Consulting (Jean Galfione et Nicolas Troussel) et Campagne de France (Halvard Mabire et Miranda Merron). Au menu à présent : 1 270 milles pour se départager et une météo encore pleine d'incertitudes, avec deux grandes options au choix. D'un côté, une route Nord traversant le centre de l'anticyclone des Açores, avec, à la clé, 24 ou 30 heures de tout petit temps, mais une sortie au portant et une fin de parcours rapide. De l'autre, une route Sud, plus directe, mais avec deux à trois jours de près et moins d'air sur la deuxième partie. Pas simple donc, mais il va falloir trancher rapidement car c'est dès le passage de l'île Sao Jorge, au nord de l'archipel portugais, que le virage va se prendre dans un sens ou dans l'autre. .. Lire la suite... Vendredi 14 juillet 2017 Déclarations des marins avant le départ de la deuxième étape A 17 heures (19 heures, heure française), les 17 duos toujours en course dans la 6e édition des Sables – Horta s'élanceront pour la deuxième étape de l'épreuve. Au menu : 1 270 milles pour rallier la Vendée, mais aussi et surtout une météo incertaine avec un choix crucial à faire d'entrée de jeu. Aller au Nord ou au Sud ? La question n'est pas simple… C'est en tous les cas ce qui ressort des petites interviews réalisées sur le ponton à quelques heures du coup de canon... Lire la suite... Jeudi 13 juillet 2017 Christian Dumard : « Pour l'heure, la situation n'est pas tout à fait claire » Ce jeudi, veille de coup d'envoi de la deuxième étape de la 6e édition des Sables – Horta, les 18 duos toujours en course dans la compétition ont rendez-vous à 17 heures (19 heures, heure de Paris) pour un briefing météo. Mais à 24 heures du départ, le moins que l'on puisse dire c'est que la situation sur l'Atlantique Nord n'est pas très limpide. Le point avec Christian Dumard, routeur pour Great Circle... Lire la suite... Jeudi 13 juillet 2017 Sept changements de co-skipper pour l'étape 2 Comme l'autorisent les instructions de course, les skippers ont la possibilité de changer de co-équipier aux Açores. Cette année, sept bateaux vont effectuer le retour avec un duo différent de celui de l'aller. Afin de découvrir les « remplaçants » (faite exception du navigateur Allemand qui n'arrivera que demain à Horta), voici leurs interviews... Lire la suite... Mardi 11 juillet 2017 Déclarations de Stéphane Bry et Rodolphe Sépho (SPM / Gwada), derniers à rallier Horta Stéphane Bry, skipper de SPM / Gwada : « Franchement, c'était horrible. Ça m'a fait suer, pour être poli. Je ne sais pas ce qu'on a fait. On a dû s'endormir, je ne sais pas, en tous les cas, on est descendu trop bas. On a donc dû remonter par le canal St Georges, un endroit où il ne faut pourtant pas être. On a continué, comme des couillons, et puis voilà, on s'est retrouvé dans la pétole, à tout faire à l'envers. On a passé notre temps à se battre contre les éléments alors qu'on aurait dû tout simplement les utiliser. C'est 100% de notre faute. Je me mets à la pétanque à partir de demain, je pense que ça ira mieux (rires !) ».. Lire la suite... Lundi 10 juillet 2017 Déclarations d'Olivier Roussey – Philippe Burger (Obportus IV°), 14e à Horta Olivier Roussey, skipper d'Obportus IV : « On a bien joué avec les petits copains, c'était sympa. Avec Montres Michel Herbelin, on a fait 400 milles bord à bord. Jusqu'au bout on a cru qu'on allait arriver avant lui. Ça ne l'a pas fait mais il reste le match retour ! Pour le reste, au niveau météo, on n'a pas du tout eu ce qui était prévu. On s'attendait à une belle glissade sous spi. En tous les cas, on nous avait vendu ça comme ça, mais, évidemment, ça a été très différent. On s'est notamment bien fait secoués la nuit dernière et en plus, on a eu froid. Cela étant dit, on a vraiment eu tout ce qu'il faut pour faire une belle course. Par ailleurs, l'objectif était de nous qualifier pour la Transat Jacques Vabre. Le contrat est rempli. On est super content. Content aussi d'arriver et de retrouver les gens qu'on aime pour nous accueillir. C'est un grand moment d'émotions. ».. Lire la suite... Lundi 10 juillet 2017 Déclarations de François Lassort – Christophe Souchaud (Montres Michel Herbelin), 13e à Horta François Lassort, skipper de Montres Michel Herbelin : « KIHO arrive trois minutes avant nous. On n'imaginait pas qu'on était revenu si près de lui et on a espéré le battre mais bon… Ce n'est pas très grave. Globalement, sur cette première étape, on est content de nos options. On s'est bien battu avec les bateaux de notre catégorie, les bateaux Vintage. On a navigué pendant quatre jours avec Obportus IV et Palanad II, avec entre 4 et 12 milles d'écart. Avec Olivier (Roussey) et Philippe (Burger) on a même longtemps navigué à vue. On a pas mal discuté à la VHF, c'était sympa. Au niveau météo, on a trouvé que c'était tranquille, même s'il y a eu une journée assez agitée, on va dire. Sinon, le reste du temps, on a eu une mer assez confortable. Sur la deuxième étape, on va faire notre maximum mais je pense qu'on aura beaucoup de mal à aller chercher Transport Hesnault – Cabinet Z car on a vu qu'il allait très vite. On reste cependant très attaché à notre première place Vintage puisqu'on l'a eue sur nos deux dernières courses, mais on n'oublie pas que l'important, c'est de participer et de prendre du plaisir. Par ailleurs, je découvre Horta. L'entrée est magnifique et j'ai hâte de voir ça de jour »... Lire la suite... Lundi 10 juillet 2017 Déclarations d'Ari Kansakoski et Jan Paukkunen (FUJI), 16e à Horta Ari Kansakoski, skipper de FUJI : « Cette première étape, pour nous, a été semée d'embûches. Nous avons rencontré pas mal de soucis techniques. Nous avons notamment déchiré tous nos spis. C'est d'ailleurs pourquoi les derniers milles ont été si difficiles. Heureusement, tout à fait à la fin, le vent a tourné un peu et c'est devenu un peu plus facile de faire route vers l'arrivée. Il y a deux bateaux derrière nous, ça fait plaisir. Globalement, même si nous avons été largement pénalisés par nos petits problèmes, nous avons beaucoup apprécié cette première étape. La météo a été agréable et plutôt tranquille. Bien plus que sur la Normandy Channel Race par exemple. Le format est super parce qu'il permet de savourer le fait d'être en mer. Maintenant, le temps dont nous allons bénéficier pour nous reposer avant le départ de la deuxième manche ne va être que de trois jours. C'est peu, mais ça va toutefois nous permettre de réparer nos voiles et de remettre un peu le bateau en ordre. ».. Lire la suite... Lundi 10 juillet 2017 Déclarations de Bertrand Lemée et Philippe Magliulo (Simple Vé), 17e à Horta Bertrand Lemée, skipper de Simple Vé : « On eu pas mal de soucis techniques. La tradition de ce bateau se perpétue donc, mais ça a été une très belle course. On a été très tendu par les alternances de pétole et de certaines petites accélérations bien coriaces pendant la nuit. On a rebondi de grains en grains. Ce matin, dans la molle, on était ravagé en voyant le chrono tourner mais ce qui restera, c'est l'émerveillement, le ravissement quand on arrive sur Horta. C'est vraiment colossal, magnifique et énorme. Tout ça se passe au milieu de l'Atlantique, planqué de tout… C'est génial !.. Lire la suite...
Pages : «précédente1 2 3 4 5 6 7 8 9  • suivante»