Les nouvelles de bord de la journée du 05 juillet (1ère partie)

L’arrivée se fait proche et nos coureurs sont prolixes ce matin. Profitez de leur analyse sur l’arrivée dans l’archipel des Açores et de leurs images de bord. Ça secoue! 

Crédit photos  : Christophe Breschi sauf mention contraire 

Sunset à bord de Aïna 151- Enfance et avenir, A. Chappellier, R. Cabaz

 

Vidéos du bord de Prendre la mer, agir pour la forêt (89), M. Claveau et C. Fialon

 

Des nouvelles du bord d’Earendil (145) , C. Pourre, P. Luciani

« Bonjour à tous, tout va bien à bord d’Earendil. Pas de casse, pas de bobo, pas d’animaux marins à regarder mais pas d’algue non plus.
Notre position à 6hTU ce matin est en approche est de Terceira.Situation météo. Vent de nord-est 8 nœuds . Conditions de mer : calme. Avaries: aucune.

La nuit avant-dernière a été superbe avec un ciel totalement étoilé qui s’est couvert de nuages au fil de la nuit. Après en avoir longuement débattu en début de nuit, nous étions restés sur notre route plutôt que d’empanner en cherchant la descente et en espérant que la direction du vent nous serait propice. Faute de vent et en plus dans la mauvaise direction, nous nous sommes résolus à empanner pour viser le positionnement vers le 2ème arrêt buffet de la partie, avec le vent de sud ouest à l’approche des Açores, et au passage espérer retrouver plus de pression et un meilleur angle. Evidemment, cela n’a pas été sans conséquence sur le classement. En ré-empannant, nous avons retrouvé un compagnon depuis longtemps absent des positions, notre ami Beijaflore, positionné à 5 milles dans notre arrière droit sous le vent. Alors comme nous y avons pris gout, nous avons remis ça et ré-empanné en philosophant sur le paradoxe de Xénon et autre fable de la Fontaine bien connue. Du coup, on s’est positionné plus sud que Beijaflore, derrière lui. On vous dit ça parce que comme personne ne semble savoir où il est, on donne des infos .

Toute la journée a été passée à essayer de faire le maximum de vitesse dans des airs complètement instables passant de 7 à 14 nœuds dans l’instant et plutôt faibles à plus de 200 milles de l’arrivée. On a surveillé Beijaflore de visu et à l’AIS toute la journée et les positions de nos camarades. Cela va être long.

La nuit a été douce mais fatigante dans des airs toujours super instables et pas trop faibles 8 à 12 nœuds, mais obligeant à passer de gennak à spi et inversement. Bref ce n’est pas un long fleuve tranquille, cette arrivée. »

Le départ des Sables d’olonne le 30/06/2019

 

Des nouvelles du bord de Up Sailing-Unis pour la planète (30), Morgane Ursault-Poupon, R. Lhotellier 

« Au moins avec tout ce qu’il nous arrive, j’ai des choses à vous raconter…
La drisse de spi de tête vient de lâcher. Alors que je prenais du plaisir à barrer dans un grain et que le bateau faisait de belles accélérations « BIM », le spi tombe dans l’eau… De toute façon je voulais changer de voile car le vent venait de refuser. La transition est malgré tout un peu radicale..
Encore du boulot sur notre Job List à Horta, les vacances prévues lors de cette escale diminuent à vue d’œil.
Comme prévu le vent molli, on choisit l’option sud, les choix se distinguent. A partir de maintenant, c’est la roulette russe… L’arrivée est proche, la prochaine fois que je vous écris ça sera surement depuis la terre! « 

030 Up Sailing – Unis pour la planète / URSAULT POUPON Morgane – LHOTELLIER Rémy

 

Des nouvelles du bord de Des voiles et Martin (113), M. Louchart, F. Duchemin

« Bonjour,
Nous sommes à environ 130 milles de Horta. Une nuit plutôt agitée pour nous avec pas mal de manœuvres. Le vent oscille tout le temps et par conséquent le cap du bateau également (entre 275° et 310° en quelques secondes…).

Notre objectif sur cette fin de course est de perdre le moins possible… Sans notre gennaker et notre spi max c’est compliqué de vouloir en gagner, donc on sauve les meubles comme on dit.

Donc au programme pour ces dernières 24h de course : route, réglages, rangement 

A demain matin à Horta 

113 Des voiles et Martin / LOUCHART Martin – DUCHEMIN Frédérick

 

Nouvelles du bord de Beijaflore (154), W. Mathelin, A. François

« Premières îles , première larmes. Eh ouais, triste nouvelle ce matin : nous avons retrouvé mon calamar de la transat encore une fois échoué sur le pont, flétri, n’attendant que la liberté! C’est fait ! Sinon une belle nuit à se battre contre Earendil qui ne lâche rien et le groupe de tête difficile à recoller. En tout cas on donne tout, l’arrivée est proche et là il faut tout donner car on sait que les îles ne vont pas être évidentes ! En tout cas ça fait plaisir de revoir terre ! Hâte de prendre une petite douche, et on espère voir des baleines, de pas trop trop prêt non plus ! »
Photos du bord

Please follow and like us: