Une 7e édition record

Mis en avant

La 7e édition de la Les Sables – Horta a tenu toutes ses promesses. En premier lieu parce qu’elle a réuni un joli plateau de 31 marins, parmi lesquels des gros-bras de la classe mais aussi de nouvelles têtes, ravies d’avoir pu se tester pour la première fois au large sur un parcours aussi riche. Ensuite, parce qu’elle a réservé des conditions pour le moins plaisantes, avec une majorité de portant, à la fois à l’aller et au retour, ce qui a, par ailleurs, permis d’améliorer l’ancien record de l’épreuve établi lors de l’édition 2017 de plus de 22 heures, et d’en établir un nouveau en 10 jours 11 heures et 58 minutes. Enfin, parce qu’elle a offert des belles bagarres à tous les étages et du suspense jusqu’au bout. Car si une première hiérarchie s’était établie après la première étape, elle a été grandement chamboulée à l’issue de la deuxième. Le tiercé dans l’ordre au final ? Aymeric Chappellier – Rodrigue Cabaz (AINA Enfance et Avenir), William Mathelin Moreaux – Amaury François / Marc Guillemot (Beijaflore) et Catherine Pourre – Pietro Luciani (Eärendil). S’il termine au pied du podium, le tandem Jonas Gerckens – Benoît Hantzperg / Sophie Faguet (Volvo) a néanmoins fait forte impression après avoir impeccablement tiré son épingle du jeu dans la molle Açorienne, remportant ainsi la première manche avec un écart de douze petites minutes sur son dauphin. Auteur d’une course remarquée lui aussi, le binôme Mathieu Claveau – Christophe Fialon / Rémi Fermin (Prendre la mer, agir pour la forêt) termine, pour sa part premier « Vintage » (8e au général). « Cette édition post Route du Rhum a été une vraie réussite. Les conditions ont été exceptionnelles et ont permis aux bateaux de bien glisser. Une fois encore, nous avons été reçus de merveilleuse façon par Armando Castro et son équipe à Horta, et nous donnons d’ores et déjà rendez-vous à tous en 2020, pour la 18e édition », a déclaré Marc Chopin, Président des Sables d’Olonne Vendée Course au Large, le club organisateur de l’évènement.

 

Please follow and like us:

Déclaration d’arrivée de Colombre XL

Mis en avant

 

Charles-Louis Mourruau, skipper de Colombre XL : « Ça nous a permis de confirmer qu’on pouvait être dans le match et qu’on arrive à faire avancer le bateau. On a trouvé qu’on arrivait à prendre d’assez bonnes décisions par rapport au reste de la flotte et c’est d’ailleurs ce qui nous a permis de rester dedans. Ce n’est facile avec un vieux bateau parce que le droit à l’erreur n’existe pas. Pour nous, la moindre petite faute se paie au centuple et du coup, on doit vraiment être dessus. On a vraiment beaucoup travaillé. On a passé beaucoup de temps à discuter chaque décision. Celles qu’il fallait prendre vite, on l’a bien fait et celles qui laissaient plus de temps ont été bien réfléchies en amont. On a vraiment eu un très bon processus de décision. Ensuite, on a été assez bon sur les manœuvres. Elles se sont toutes bien passées et vite. C’est pas mal mais c’est sûr que sur trois jours de reaching, les nouveaux bateaux ont un sacré avantage. Au final, on est content. On forme une belle équipe et ça donne envie pour la Transat Jacques Vabre. »

Estelle Greck, co-skipper de Colombre XL : « On est content parce qu’on vient de passer trois jours au reaching et notre bateau n’est pas du tout fait pour ça. On est satisfait aussi d’avoir laissé Cré’actuel car c’était aussi un objectif de le laisser derrière. Je pense qu’on a fait des bons choix météo et notre binôme fonctionne bien. Du coup, on arrive à trouver les bons réglages du bateau et à faire les bons choix tactiques. On est content de notre course. On a fait l’aller et le retour au portant et au reaching. Pas de près. C’était assez improbable mais on a eu des belles conditions et ça a été très rapide. »

Please follow and like us: